Mucuna pruriens, le traitement par les plantes

Un extrait aqueux de Mucuna Pruriens entraine une amélioration du parkinsonisme sur le long terme, avec un risque réduit de dyskinésies

Publication: Parkinsonism & Related Disorders, Volume 16

Date : 31/08/2010

Mucuna pruriens est une légumineuse utilisée en médecine ayurvédique pour soigner la maladie de Parkinson. Elle est réputée avoir des propriétés anti-parkinson sans induire de dyskinésies induites par les médicaments (qui sont les principaux effets indésirables des traitements de cette maladie).

Cette étude a comparé les effets comportementaux de l’administration parentérale chronique chez un modèle de rat hémi-parkinsonien: d’un extrait aqueux de poudre de graine de Mucuna pruriens seul (MPE); de MPE associé à un inhibiteur de la L-dopa décarboxylase périphérique, le bensérazide (MPE + BZ); de L-dopa associée au bensérazide (LD + BZ); de L-dopa seule (LD).

Dans l’expérience 1, les rats ont reçu LD + BZ ou MPE + BZ à des doses équivalentes (hautes : 6 mg/kg, ou moyennes : 4 mg/kg). Ils ont montré une atténuation significative du parkinsonisme mais ont présenté une dyskinésie induite par le traitement, sévère et dose-dépendante. L’administration de LD + BZ à des doses faibles (2 mg/kg) n’a pas permit d’atténuation significative. Au contraire, MPE + BZ aux mêmes doses ont amélioré de façon significative le parkinsonisme.

Dans l’expérience 2, le MPE seul administré à des doses équivalentes à 12 et 20 mg/kg de L-dopa a atténué le parkinsonisme en entrainant cependant moins de dyskinésies induites, comparativement à l’association LD + BZ ou MPE + BZ.

Dans l’expérience 3, le MPE seul administré de façon chronique a entrainé une action antiparkinsonienne à long-terme, sans causer de dyskinésies induites.

Dans l’expérience 4, le MPE seul à provoqué des améliorations sur le comportement de façon significativement plus importante que la dose équivalente de L-dopa seule.

Dans l’expérience 5, le MPE seul a réduit la sévérité des dyskinésies induites chez les animaux initialement traités par l’association LD + BZ.

Les résultats de cette étude suggèrent donc que Mucuna pruriens contient des éléments hydrosolubles qui ont une activité intrinsèque semblable à celle des inhibiteurs de la L-dopa périphérique ou qui pallient le besoin d’ajouter un tel inhibiteur pour améliorer le parkinsonisme. Cette découverte ouvre la porte à de nombreuses autres recherches sur de nouveaux traitements pour la maladie.

Source: Christopher A. Lieu, Allen R. Kunselman, Bala V. Manyam, Kala Venkiteswaran and Thyagarajan Subramanian, Parkinsonism & Related Disorders, Volume 16, Issue 7, A water extract of Mucuna pruriens provides long-term amelioration of parkinsonism with reduced risk for dyskinesias

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site