Plan National Parkinson

PLAN PARKINSON

 A l’initiative et en présence du ministre de la santé et du travail, Xavier Bertrand et  de  la secrétaire d’Etat à la santé Nora Bera, une réunion s’est tenue au ministère de la Santé  le 11 juillet 2011, pour annoncer le lancement d’un Plan d’action interministériel Parkinson

 La volonté politique de tout mettre en œuvre pour que la maladie de Parkinson ne soit plus « la plus oubliée des grandes maladies » a été clairement affirmée.  Les ministres ont salué le travail préalable réalisé dans le cadre des Etats Généraux Parkinson et valorisé par le Livre blanc  remis aux pouvoirs publics. La feuille de route  du plan d’actions annoncé  sera élaborée à partir des 20  recommandations du livre blanc.

 Les principaux acteurs associatifs, institutionnels, médicaux  et sociaux concernés avaient été conviés à cette réunion pour  souligner que le plan viserait  à embrasser toutes les facettes du problème évoqué au cours des états généraux : prise en charge médicale, recherche, social et sociétal

 Cette réunion  a permis de fixer une méthodologie et de désigner les responsables scientifiques et administratifs  chargés de la définition concrète  puis de la mise en œuvre des mesures inscrites dans ce plan.

 L’accent a été  mis sur plusieurs points :

 •Nécessité de cerner  les spécificités de la maladie de Parkinson justifiant de mesures adaptées.

 • Priorité à l’organisation des soins  pour encourager la coordination  entre les médecins hospitaliers et les médecins libéraux (neurologues et para médicaux)  mais aussi les acteurs du social par des dispositifs à concevoir au plus près de la personne touchée par la maladie et son entourage 

•Obligation d’impliquer  les agences régionales de santé

Un certain nombre de mesures devraient être mises en place rapidement parmi lesquelles la double reconnaissance des centres experts et des filières de soins et la coordination avec les  MDPH.

Le Directeur Général de la Santé Monsieur Grall est chargé du fonctionnement du comité de Pilotage interministériel, lequel assurera le suivi des actions programmées et le respect des échéances d’un calendrier qui devrait être très resserré. Il sera assisté d’un chef de projet interministériel.

La prochaine réunion prévue  dès le début de l’automne doit revêtir un caractère très opérationnel

 L’association France Parkinson, au nom du collectif exprime sa satisfaction et s’engage à participer activement aux différents groupes de travail pour que les personnes touchées e t leurs familles  bénéficient pleinement de cette volonté politique.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site